Pédagogie : les options de réponse, le secret d’un bon Quiz !

Accueil » Conseil formateur » Pédagogie : les options de réponse, le secret d’un bon Quiz !

Savoir écrire un bon quiz pédagogique commence par savoir écrire de bonnes questions. Néanmoins, ce n’est pas tout: une fois la question écrite, il faut proposer des options de réponse. L’une d’elle représente la réponse correcte. Les autres sont appelées des distracteurs

Nous vous proposons dans cet article de découvrir les bonnes pratiques dans le choix de vos options de réponse ! Comment rédiger des options de réponse efficaces ? Quels pièges éviter ? 5 conseils et exemples vous sont proposés grâce au quiz pédagogique ci-dessous. Les distracteurs sont un excellent moyen de gérer “le flow” de vos parcours de formation.

1 – Une seule bonne réponse !

La réponse correcte doit incontestablement être exacte et la seule parmi les options de réponses.

Quelle est la valeur du nombre Pi ?

a. 1,41

b. 2,27


c. 3,14

Si les options a et b sont incontestablement fausses, l’option c n’est pas parfaitement exacte pour autant puisque l’écriture décimale de Pi est infinie. La justesse de cette réponse peut donc être contestée par les participants. 

2 – Un quiz pédagogique, c’est surtout des distracteurs plausibles

De même, les distracteurs doivent être plausibles mais incontestablement faux. L’idée est de créer du challenge tout en restant dans une démarche pédagogique.

Qui a découvert l'Amérique ?

a. Christophe Colomb

b. Patrick Bruel


c. Leif Ericson

L’option b est invraisemblable et donc inutile, elle ne permettra aucune à votre apprenant de se poser la question et donc d’éviter un éventuel piège. Il aurait été plus intéressant pédagogiquement de proposer une réponse telle que Gérard Collomb, car son nom homonyme pourrait être une difficulté. En revanche, contre toute attente, l’option c n’est pas si erronée ! Elle peut remettre en cause la validité de la question, ce qui revient donc à posséder 2 réponses acceptables. 

3 – De la cohérence dans les réponses

Toutes les options doivent être rédigées de la même façon, pour éviter que la réponse correcte en soit identifiable à sa forme : plus longue, plus précise, mieux construite…

Qu'est-ce qu'un ophiophobe ?

a. Un insecte

b. Une personne ayant excessivement peur des serpents


c. Un talisman

Dans ce cas, le participant peut instinctivement supposer que la réponse correcte est l’option b, puisque c’est celle qui fournit le plus de détails. Ne sous-estimez pas les mauvaises réponses, elles sont aussi importantes que la bonne !

4 – Une uniformisation des propositions

Les options proposées doivent être homogènes dans leur contenu, leur forme et leur structure grammaticale. Particulièrement si vous optez pour une affirmation à compléter. Il est essentiel que l’apprenant interroge ses connaissances sur le sujet du Quiz, plutôt que sur sa conjugaison.

Le cardinal de Richelieu :

a. Etait un ministre de Louis XIII

b. A succédé au cardinal de Mazarin


c. Apparaît dans le roman "Les 4 mousquetaires"

Bien qu’une seule option soit correcte, les trois options de réponse de cette question sont construites sur des plans différents (rôle, histoire, fiction). Ces options ne peuvent que déboussoler le participant et l’empêcher de comprendre ce qui est attendu de lui. Pour mettre en valeur l’idée clé, la réponse attendue et les autres propositions doivent se distinguer par cette idée clé (son métier ou son prédécesseur, pas les deux). Le quiz pédagogique est avant tout pédagogique !

5 – Évitez les répétitions

Eviter que certains mots de l’énoncé ne se répètent dans une des options ou qu’une grande proximité d’expressions contenues dans l’énoncé et dans une des options ne suggère trop facilement la bonne réponse.

Qu’est-ce que l'ophiophobie ?

a. Un insecte

b. La phobie des serpents


c. Un talisman

On peut aisément supposer la réponse correcte, le suffixe du mot « ophiophobie » étant repris à l’identique dans une option de réponse. On opterait plutôt pour “la peur des serpents”. 

Le Quiz pédagogique n’a pas pour vocation unique l’évaluation des connaissances, il est aussi positionnable en tant qu’activité de découverte, d’ancrage, de révision ou d’évaluation. Ainsi chaque élément du questionnaire à son importance : la question met l’accent sur l’information sur laquelle l’apprenant doit se concentrer, la bonne réponse est bien sûr l’élément le plus important puisqu’il indique l’information à connaître. Les autres propositions permettent elles de calibrer le niveau de difficulté, de sensibiliser sur les pièges dans lequel l’apprenant pourrait tomber mais aussi d’indiquer ce que l’information à connaître n’est pas.

Ces pratiques relativement simples vous permettront de rédiger des propositions de réponse efficaces et ainsi d’augmenter le bénéfice pédagogique de vos contenus !