Pourquoi le BYOD change le paysage de la formation professionnelle

Mar 10, 2015 | Mobile Learning

Notre article du 4 février 2015 traitant des bénéfices et enjeux du BYOD (Bring Your Own Device) mettait en évidence l’importance que prend cette tendance puisque 81 % des entreprises autorisent désormais leurs salariés à venir travailler avec leurs propres devices (source Landesk).

Cette tendance semble changer le paysage de la formation en entreprise. En effet, si ce phénomène se propage rapidement dans les universités et entreprises européennes, il est déjà bien ancré dans la méthode d’apprentissage des étudiants aux Etats-Unis. La prestigieuse université américaine de Harvard a, par exemple, développé son propre outil de Mobile Learning appelé « Socrative » pour faciliter l’apprentissage de ses étudiants. Son crédo : “Cet outil est bien plus qu’une simple réponse à nos étudiants. Nous sommes une fenêtre sur l’apprentissage et nous voyons de grandes choses à l’horizon”.

Voici les principales raisons pour lesquelles le BYOD transforme le paysage de la formation professionnelle.

Des apprenants plus actifs avec le BYOD.
Ils maîtrisent et connaissent leur tablette, leur PC ou leur smartphone par coeur et peuvent se focaliser directement sur les contenus de la formation plutôt que sur le fonctionnement de la technologie. Cette facilité d’utilisation permet d’obtenir un taux de participation plus élevé qu’avec un matériel fourni par l’entreprise.

Selon une étude mondiale réalisée par Dell en 2013, 70 % des entreprises ayant mis en place une stratégie BYOD ont constaté une amélioration de la productivité de leur personnel, des temps de réponse aux clients et des processus de travail. Nous pouvons alors estimer que les formations proposées en BYOD suivront également cet effet positif en termes de participation et d’assiduité.

Le BYOD offre plus de souplesse aux apprenants.
Le BYOD offre en effet l’opportunité de travailler davantage à son rythme car les apprenants disposent en permanence sur eux de leur équipement personnel. Laurent Geray, directeur de l’innovation de Volvo Group explique que le BYOD augmente la « souplesse offerte […] aux collaborateurs de mieux gérer leur vie en mobilité » (Source : article des Echos).

Diminution des coûts de formation.
Donner la possibilité aux salariés de se former sur leurs propres devices diminue les coûts de l’entreprise liés à l’équipement mobile mais aussi ceux liés à l’ingénierie de formation (les processus de création, de mise à jour des contenus et de déploiement sont effectivement plus rapides que dans les cas des formations e-learning ou présentielles).  Juste en équipement mobile, une étude menée par Landesk démontre que le BYOD ferait économiser 180 000 euros aux entreprises sur 5 ans (sur la base d’une moyenne de 500 entreprises européennes).

Le BYOD favorise les échanges entre les apprenants.

Le BYOD met l’apprenant dans un environnement technologique familier qui le place dans une situation de responsabilité, proche de sa vie de tous les jours. L’apprentissage par le BYOD va ainsi de pair avec le processus d’apprentissage naturel de chacun, fait de conversations informelles, de questionnements directs, ou d’usage des réseaux sociaux.

LE BYOD facilite le virage du digital learning.

Le BYOD permet de prendre le virage du digital learning, d’avoir une image innovante et de répondre aux attentes des salariés, notamment auprès de la génération Y (les moins de 33 ans) qui ont grandi avec un smartphone ou une tablette.

Selon une étude menée par l’Association for Talent Development en avril 2013, 79 % des salariés estiment que la connexion aux ressources de l’entreprise en dehors de son lieu de travail est un point positif pour la carrière des apprenants et pour l’entreprise.