Teach on Mars et Inria, l’institut national de recherche dédié aux sciences et technologies du numérique, ont annoncé la signature d’un partenariat dont l’objectif est d’intégrer des algorithmes intelligents permettant de proposer un apprentissage plus efficace aux apprenants, aux formateurs et aux organisations. L’intégration de l’intelligence artificielle (IA) au cœur de notre solution va ainsi permettre de renforcer les capacités de formation et rendre les stratégies de formation plus opérationnelles, tout en réduisant le coût des programmes pédagogiques.

logos partenariat teach on mars et inria sophia antipolis

L’officialisation du partenariat s’est déroulée le lundi 10 février 2020 en présence de l’ensemble de l’équipe projet Wimmics, commune avec le CNRS, Université Côte d’Azur et Inria Sophia-Antipolis, et de plusieurs journalistes.

Ce partenariat va permettre aux deux entités de collaborer autour de travaux de recherche en IA et de poursuivre des activités communes de recherche et développement dans le domaine de la formation. Il est amorcé par une collaboration avec l’équipe de recherche Wimmics, spécialiste de l’IA sur le Web.

Les deux partenaires officialisent ainsi leur volonté de mettre en commun leurs ressources pour favoriser l’émergence et l’application de nouveaux algorithmes intelligents au service de l’apprentissage. L’IA va faciliter, d’une part, la compréhension des besoins en formation, et, d’autre part, l’élaboration et la recommandation de parcours de formation personnalisés et donc adaptés à chaque apprenant (niveau de compétences et de connaissances, préférences d’apprentissage et temps disponible).

L’IA va également aider les formateurs à générer des contenus pertinents et motivants, grâce à l’indexation automatique de ressources pédagogiques. Les stratégies d’apprentissage seront ainsi mieux alignées sur les besoins et les objectifs des apprenants et des organisations. L’écosystème d’apprentissage des organisations fonctionnera plus efficacement et à moindre coût, grâce notamment aux recommandations qui permettront d’optimiser le temps consacré à la formation. Avec cette démarche Time to Competency, l’IA va ainsi agir comme un levier sur les stratégies de formation et les rendre davantage opérationnelles, tout en réduisant les coûts des programmes pédagogiques.

L’intérêt de cette collaboration réside dans la synergie entre nos savoir-faire complémentaires. En mutualisant leurs expertises et ressources, nos deux organisations offrent une solution au plus près des attentes de apprenants, des formateurs et des organisations. Cet accord nous permet ainsi de bénéficier des algorithmes créateurs de valeur développés par Inria et à Inria de valider ses travaux sur des données et environnements réels et d’accompagner nos projets ambitieux. Belle preuve du décloisonnement entre les mondes de l’entreprise et de la recherche que ce partenariat qui illustre la dynamique de l’écosystème d’innovation sophipolitain.

« Je suis ravi d’annoncer le partenariat avec Inria, qui s’imposait naturellement car l’intelligence artificielle marque le début d’une nouvelle ère dans l’apprentissage. A l’heure de l’hyper-personnalisation, l’intégration d’algorithmes intelligents constitue un enjeu fondamental pour mieux accompagner la montée en compétence des utilisateurs et abaisser le coût des programmes pédagogiques, au bénéfice des apprenants, des formateurs et des organisations. Je suis donc convaincu par la valeur ajoutée d’Inria pour faire progresser l’agilité de la solution Teach on Mars ! » explique Vincent Desnot.

« Ce partenariat, qui s’inscrit dans notre politique d’accompagnement des startups Deeptech du numérique, va nous permettre de renforcer nos liens avec Teach on Mars. Nous sommes particulièrement fiers d’unir notre expertise et nos ressources avec le leader européen du mobile learning. La complémentarité entre les expertises de Teach on Mars et de l’équipe projet Wimmics, équipe commune avec le CNRS, Université Côte d’Azur et Inria, va permettre de nouvelles avancées importantes et des innovations qui représentent les emplois de demain » précise Maureen Clerc, directrice du centre de recherche Inria Sophia-Antipolis – Méditerranée.

 

On en parle dans la presse…

… Et sur les réseaux

 

https://twitter.com/Tribuca/status/1227146225427927040?s=20