fbpx
Téléchargez le livre blanc « The mobile learning book »

Téléchargez le livre blanc « The mobile learning book »

Suite au Mooc & Mobile Learning Meeting du 30 mars dernier, le cabinet ILDI lance son livre blanc « The mobile learning book », avec la participation de Teach on Mars.

Comment vendre un projet mobile learning en interne ? Comment utiliser le mobile en salle ? Quelles sont les différentes approches pour concevoir du contenu sur mobile ? Autant de questions à la base des échanges de l’événement du mois de mars, qui avait réuni responsables de formation, DRH et pure-players du mobile learning, parmi lesquels Teach on Mars.

Le cabinet IL & DI est à l’origine du projet de livre blanc, qui restitue les interventions des différents participants. « The mobile learning book » est composé de 10 chapitres qui permettent une vision 360 du marché du mobile learning aujourd’hui. Des témoignages clients ayant opté pour la solution mobile (Cultura, la Maïf…) illustrent les différentes thématiques abordées, aussi bien en termes pédagogiques que plus techniques avec les solutions d’interfaçage avec des LMS.

Sketchnote du Mooc & Mobile Learning Meeting

Une Sketchnote du Mooc & Mobile Learning Meeting, par Béatrice Lhuillier

Découvrez un extrait : 

Existe-t-il des LMS mobile first ?

« Pour l’instant ils sont très rares, certains sont compatibles avec l’affichage mobile en étant “responsive” mais quasiment aucun (sauf celui de Teach On Mars) n’offre une réelle expérience utilisateur mobile.

Habituellement, le Mobile learning vient en complément d’un LMS existant en connectant les applications mobiles aux LMS. La principale difficulté vient souvent des contenus qui ne sont pas adaptés au mobile. Pour un LMS, être responsive n’est pas suffisant.

Les dispositifs uniques qui font tout (desktop et mobile) sont rares. Il faudra faire travailler les solutions les unes avec les autres. D’où une harmonisation nécessaire des standards qui n’ont pas encore de spécifications dédiées au mobile.

Le monde du e-learning vit actuellement un grand tournant puisqu’il passe d’un mode très monolithique du LMS avec SCORM, à un monde multipolaires avec de nombreuses solutions indépendantes des LMS. Le standard xAPI est très prometteur. Celui-ci s’il est adopté permettra de faire cohabiter des solutions multiples, là où SCORM restait prisonnier du paradigme d’un contenu web sur un LMS. »

Téléchargez dès maintenant le livre blanc : 

 

A quoi ressemblera la formation dans 100 ans ? Le futur du mobile learning

A quoi ressemblera la formation dans 100 ans ? Le futur du mobile learning

Lors du très sérieux congrès d’astronautique tenu à Mexico en Septembre dernier, Elon Musk a annoncé qu’il prévoyait une colonie auto-suffisante d’un million de personnes vivant sur Mars d’ici 100 ans. Chez Teach on Mars, nous nous sommes demandés comment nous formerions cette colonie martienne dans un siècle ! Alors, à quoi ressemblerait le futur du mobile learning ?

L’apprentissage en situation de mobilité aujourd’hui

La question de l’apprentissage en situation de mobilité est de plus en plus posée. Qu’il s’agisse aujourd’hui de mobilité professionnelle, de situations d’urgence ou de crise, ou de partage inter-planétaire de connaissances demain, l’apprentissage doit s’adapter à son public pour conserver son efficacité.

Aujourd’hui, les smartphones, avec leur capacité multimedia, leur faible coût d’acquisition et leur possibilité de travailler hors-ligne sont des alliés précieux dans la diffusion de dispositifs pédagogiques en situation de mobilité. Nous disposons déjà d’outils pour développer rapidement des contenus motivants et à faible coût. Nous pouvons mettre à la portée du formateur les technologies mobiles rendant pleinement opérationnelle la vision des principes directeurs de l’apprentissage mobile. Nous pouvons déployer rapidement des formations digitales et mesurer leur efficacité.

Nous connaissons aussi de nombreux principes de l’apprentissage qui s’adaptent parfaitement à la mobilité des apprenants, comme par exemple le fait que l’on mémorise mieux l’information lorsque qu’elle nous parvient à petite dose, le besoin d’expérience pour transformer une connaissance en compétence, ou le fait que l’autonomie soit un puissant facteur de motivation.

Et le futur de la formation mobile learning ?

Dans 100 ans, dans un univers mobile jusqu’à Mars, à quoi ressemblera la formation ? Comment se formera-t-on ? Quelles seront les problématiques de l’apprentissage ?

Pour répondre à ces questions, nous avons profité de notre partenariat avec la team PRIMA (Mars Desert Research Station, Crew 173) actuellement en simulation de vie sur Mars pour 15 jours, pour mener une reflexion commune sur ce à quoi pourra ressembler l’apprentissage dans 100 ans, sur une autre planète. Au delà des interviews des 7 membres de l’équipage qui seront réalisées d’ici leur retour sur Terre, des questions sur le thème de l’apprentissage à distance leur seront posées régulièrement. Vous pouvez suivre leurs réponses sur Twitter avec le hashtag #learningonmars.

À suivre…

Ces formations qui auront le parfum de la réussite ?!

Ces formations qui auront le parfum de la réussite ?!

Des petits actes, évènements, odeurs, sensations qui, brutalement, font ressurgir des tréfonds de notre mémoire de lointains souvenirs, souvent chargés d’émotion… Telle la madeleine de Proust.

Et si la technologie pouvait vous rappeler votre madeleine de Proust ? les odeurs en particulier induisent des souvenirs et donc des émotions. Beaucoup de sociétés utilisent des machines parfumantes pour glorifier leur image de marque : hôtels, boutiques de mode, casinos pour ne citer que quelques-uns. Alors, pourquoi pas des odeurs au service de l’apprentissage !

La conception d’odeurs influençant les émotions pourrait-elle à l’avenir faire partie des spécifications d’une application de mobile learning ? L’avenir c’est peut-être déjà demain ! En effet, les dernières innovations technologiques nous permettent aujourd’hui d’envoyer des sms olfactifs ! Illustrations.

Le dispositif de fragrance « Scentee » de la firme japonaise ChatPerf peut être relié à des téléphones Apple et android et utilisé pour envoyer des odeurs à des amis via des sms, par exemple. Il peut également être utilisé pour libérer les odeurs associées à des jeux, tel un parfum de poudre lors d’un jeu de tir.

ChartPerf

Le dispositif de fragrance de la firme japonaise ChatPerf

Ou encore produire une douce odeur sucrée pendant une partie de Candy Crush. Le tout grâce à une multitude de parfums disponibles dans de petits réservoirs en plastique montés dans le dispositif « Scentee » et interchangeables  en fonction de  l’odeur souhaitée.

Autre exemple, oNotes. L’oPhone est un appareil qui, en combinaison avec l’application pour iPhone « oNotes », permet d’envoyer et de recevoir des messages électroniques aromatisés. Une sorte de téléphone pour les odeurs. L’oPhone permet d’envoyer des sms parfumés et donc de partager une expérience sensorielle partout et à tout moment !

L'oPhone envoie des odeurs via l'application oSnap pour iPhone

L’Ophone envoie des odeurs via l’application oNotes pour iPhone

l’oPhone accueille des puces « oChips » interchangeables, sortes de cartouches d’encre mais pour les fragrances : café, souvenirs …. Ces fragrances sont activées par l’application « oNotes » ou encore « oSnap » qui, utilisée depuis un appareil mobile Apple (iPhone, iPod, iPad), permet d’associer une photo à l’une des 300 000 combinaisons olfactives possibles.

onotes

L’application « oNotes » pour iOS.

Le parfum associé à un repas, une plage, un succès … Il suscite des souvenirs, diminue le stress et stimule nos émotions. Imaginez partager ces émotions avec vos apprenants. C’est ce que ces applications pourraient bientôt vous proposer d’accomplir ! Accompagner ses contenus de formations mobiles de messages odorants pour interpeller et motiver les apprenants, stimuler l’ancrage mémoriel, bref améliorer l’apprentissage, c’est peut-être cela l’avenir de la formation professionnelle !

Une femme sans parfum est une femme sans avenir citait Coco Chanel. Cela s’appliquera-t’il un jour à la formation ?

Démarrez 2016 avec le mobile learning !

Démarrez 2016 avec le mobile learning !

Le secret d’un apprentissage réussi est d’obtenir l ‘engagement des collaborateurs, en leur proposant des formations valorisantes dans un format qu’ils reconnaissent et plébiscitent. Etant nous-mêmes, formateurs, utilisateurs mobiles, considérer les attentes des apprenants à travers nos propres exigences peut être source d’inspiration pour concevoir un parcours pédagogique notoire. Voici quelques conseils inspirés par David James pour vous stimuler dans l’intégration de vos contenus mobiles !

1 – La solution est en vous !

Comment utilisez-vous vos appareils portables ? Nos habitudes de consommation en matière de contenu mobile sont généralement axées sur la recherche d’information, la préparation à l’action et la découverte. Une erreur possible des formateurs est de produire du e-learning qui ne les captiverait pas eux-mêmes. Donc, tout d’abord, analysez vos propres habitudes et celles de vos collègues et amis.

2 – Silence, ça tourne !

La vidéo séduit et est un excellent canal de mémorisation !

En témoigne YouYube et ses vidéos « How to », dont les recherches sont en augmentation de 70% chaque année !

Selon une étude récente sur les tendances du web, 74% de tout le trafic Internet sera vidéo d’ici 2017.

Délivrer vos messages pédagogiques sous ce format vous assure ainsi de maintenir l’attention de votre audience tout en améliorant leur mémorisation.

3 – L-UX-e ou nécessité ?

L’UX (expérience utilisateur) de votre plate-forme d’apprentissage mobile permet d’accéder à votre contenu. Face à la multitude d’applications mobiles qu’ils expérimentent, les utilisateurs d’aujourd’hui sont exigeants en matière de navigabilité, rapidité et design. Il est donc important que votre interface soit intuitive et confortable afin d’entretenir la motivation de vos apprenants.

4 – Des micros-contenus pour un macro-résultat !

Les portables ont changé à jamais les habitudes de consommation … et d’apprentissage ! Les «micro-moments » comme définis par Google sont ces instants décisifs de « je-veux-aller, je-veux-faire, je-veux acheter et je-veux-apprendre » au cours desquels nous dégainons notre portable afin de chercher des réponses, de découvrir de nouvelles choses et de prendre des décisions.

D’une part, organisez dès lors vos objectifs pédagogiques en considérant aussi les attentes de vos collaborateurs : qu’espèrent-ils apprendre et faire en se connectant à leur application de formation mobile ? D’autre part, proposez des contenus suffisamment fractionnés pour permettre aux utilisateurs de se former durant ces micro-moments.

     5 – Optez pour l’interactivité !

Les technologies mobiles permettent la communication entre les pairs. Afin de dynamiser votre formation, pensez à y intégrer une dimension sociale comme un espace forum. Les apprenants auront un moyen pour interagir directement, échanger des données et collaborer en temps réel. La technologie Teach on Mars vous propose d’une part d’intégrer un espace social à votre formation mobile et d’autre part d’envoyer des notifications push en temps réel à vos collaborateurs, offrant ainsi une dimension vitale tout au long du parcours d’apprentissage.

Voulez-vous partager votre recette 5 étoiles d’intégration aux formations mobiles  ?

Le tour de l’actu estivale du mobile learning

Le tour de l’actu estivale du mobile learning

C’est l’été, beaucoup d’entre vous profitent des plages ensoleillées, des montagnes ressourçantes et des apéros entre amis!

Le mobile learning, quant à lui, continue à séduire un public de plus en plus large et à convaincre les professionnels de la formation!

En témoigne la richesse de l’actualité des dernières semaines sur ce thème, dont voici quelques extraits (FR/EN):

A bientôt pour plus d’actu sur le mobile learning!

«Mobilegeddon» : la révolution mobile est en marche

«Mobilegeddon» : la révolution mobile est en marche

Lors de l’avénement des smartphones, proposer une véritable identité mobile était un luxe que tout le monde ne pouvait pas se permettre de s’offrir. Les règles ont changé, en moins d’une décennie, et il devient indispensable d’être présent sur le mobile.

Si le doute était encore permis il y a un mois, la dernière mise à jour de l’algorithme de référencement de Google a clos les débats. Surnommée « Mobilegeddon » par le monde du SEO, l’Armageddon du mobile va favoriser les sites ayant une lecture compatible sur les smartphones. Les autres seront pénalisés et potentiellement relégués dans les profondeurs du classement. Or, les mobinautes s’aventurent rarement au-delà des premières pages de résultats des moteurs de recherche.

« Mobilegeddon », vraiment ?

Ce changement d’algorithme a-t-il un véritable impact sur la fréquentation des sites web, ou ne faut-il y voir qu’un effet d’annonce ? Historiquement, les modifications apportées à l’algorithme ont eu des impacts concrets : celui de 2011, « Panda », avait affecté plus de 10% des sites en Anglais. Celui de 2012, « Penguin », 4%.

Et « Mobilegeddon » ? Après un mois de mise en œuvre, les premières tendances commencent à se dessiner et des perdants commencent à émerger.

A titre d’exemple, le site de la filiale sportive de la grande chaîne américaine NBC, nbcsports.com, ne présente aucune adaptation particulière à la navigation mobile et a perdu 28% de visibilité sur mobile en 4 jours ! Songlyrics.com, qui publie des paroles de chansons, perd 26% de visibilité en autant de temps.

Que faire ?

La FAQ publiée par Searchengineland permet de bien comprendre « Mobilegeddon », son fonctionnement et ses impacts. Au final, pour être certain que ce changement n’impactera pas négativement la fréquentation de votre site, il faut que Google ait identifié votre site comme mobile.

teach-on-mars-mobile-site

Si votre site est considéré comme « mobile », tout va bien. Dans le cas contraire, si vous voulez assurer votre place dans les résultats de recherche de Google, préparez-en une version adaptée à la navigation mobile !