Les quatre piliers de l’apprentissage selon Stanislas Dehaene

0

Dans le livre « Apprendre – Les talents du cerveau, le défi des machines », Stanislas Dehaene met en lumière le plus grand talent de notre cerveau : Apprendre. Mieux connaitre son cerveau permet de rendre l’apprentissage plus facile et pérenne dans le temps. Focus sur les 4 piliers de l’apprentissage :

1. L’attention

Il vous est sûrement déjà arrivé d’avoir une mémoire « sélective ». Ce n’est pas étonnant puisque l’attention est un mécanisme de filtrage, qui nous permet de sélectionner une information et d’en déterminer son traitement. Le système de l’attention se décompose en trois systèmes attentionnels : l’alerte, l’orientation et le contrôle exécutif. Ainsi afin de capter l’attention de vos apprenants, tentez de les garder alertes en proposant le bon niveau de stimuli et un cadre propice à l’apprentissage (un rituel ou un lieu dédié à la formation).

Sur un smartphone, l’attention est souvent courte car mise à rude épreuve : notifications, passage intempestif d’une app à l’autre… Notre technologie permet de créer des activités qui vont permettre de focaliser – durant une durée courte certes mais efficace – l’attention de l’apprenant : quiz en temps limité, jeu de rapidité et de dextérité, activité de mémorisation sollicitant une concentration accrue.

2. L’engagement actif

L’acte d’apprendre suppose que le cerveau soit actif et curieux : il formule des hypothèses, qu’il valide ou invalide en fonction des situations rencontrées et des résultats obtenus. Ainsi, pour que l’information soit bien assimilée, il faut que l’apprenant mette en pratique ses connaissances ou ait besoin d’utiliser cette compétence dans sa vie professionnelle (ou personnelle).

Dans notre catalogue d’activité Teach on Mars, nous avons pris soin de mettre à disposition des activités qui vont permettre une réelle mise en pratique des notions apprises. Le module Exercice notamment propose un questionnaire permettant de faire l’état des lieux des acquisitions et recommande en fonction des « défis » à réaliser dans la vraie vie, sous le regard bienveillant et encourageant d’un manager ou d’un coach par exemple.

3. Les signaux d’erreur et de surprise (ou le retour d’information)

Le cerveau fabrique des modèles mentaux constitués d’hypothèses. L’homme apprend en validant les hypothèses justes et en oubliant les fausses. Dans ce processus, l’erreur est inévitable, mais surtout indispensable pour apprendre. Au lieu de les réprimer, mieux vaut inviter l’apprenant à dépasser ses erreurs. L’autoformation permet à l’apprenant de se tromper et de recommencer un exercice autant de fois que nécessaire pour bien ancrer ces connaissances.

Chez Teach on Mars, nous proposons différents types d’activités : certaines dites « d’apprentissage » permettent à l’apprenant d’acquérir à son rythme les notions, en passant le temps nécessaire sur les contenus textes et média proposés. Il passe ensuite aux activités « d’ancrage », généralement ludique, qui vont conforter son acquisition. Enfin les activités « de validation », sont, elles généralement proposées qu’une seule fois pour contrôler l’acquisition. En parallèle de cet apprentissage progressif, nous récompensons les apprenants par un système de points et de badges. Plus l’apprenant a de bonnes réponses, plus il gagne de points et grimpe dans le classement. La persévérance et l’assiduité sont aussi récompensées : à chaque lancement d’une activité (déjà effectuée ou non), l’apprenant gagne de nouveau des points. Ainsi, on l’incite à se tromper, et à recommencer par un renforcement social : obtenir des points, et être en tête du podium.

4. La consolidation

La consolidation est capitale pour permettre à notre cerveau de stocker à long terme certaines informations et compétences et laisser de la bande passante, pour tout ce qu’il nous reste à apprendre. Le cerveau a donc la capacité d’automatiser les tâches qu’on sera amené à faire tout au long de sa vie, et qui pourtant lui ont semblé insurmontables à première vue : nous pouvons ainsi marcher, lire ou conduire « machinalement ».

Pour consolider ses connaissances, le cerveau a besoin de sommeil et de répétition. Teach on Mars ne peut pas encore remplacer une grasse matinée. En revanche, la répétition est facilitée par différentes activités d’association et de mémorisation, qui permettent de faire de l’ancrage mémoriel à long terme.

Maitriser ces facteurs universels à l’adulte ou l’enfant permet d’augmenter notre capacité d’apprentissage. Afin de sublimer ces capacités, quoi de plus simple que de se former sur mobile ?

Teach on Mars s’est justement appuyé sur les sciences cognitives pour créer un catalogue complet d’activités pédagogiques qui s’intègrent dans vos parcours de formation.

Notre solution s’adapte à tous les modèles d’apprentissage, mais nous en avons conceptualisé un nommé « ELPA ». Ce cycle s’appuie sur 4 phases (Engage, Learn, Practice et Apply). Durant les 2 premières phases (« EL »), vous pouvez proposer à vos apprenants des activités de positionnement très ludiques pour capter l’attention et ainsi favoriser leur engagement. Dans les 2 dernières phases (« PA »), vous pouvez vous appuyer sur des jeux de mémorisation et d’association pour mettre en pratique les connaissances et des exercices pour mettre en application vos compétences sur le terrain.

Vous pouvez découvrir ou redécouvrir le modèle ELPA ici.

Partager

Sur l'auteur

Charlène Porée

Charlene a rejoint Teach on Mars en tant qu’Account Manager. Son expérience commerciale dans l’univers des startup à forte croissante lui permet d’aider Teach on Mars à consolider sa croissance.

Laisser un commentaire