Teach on Mars, reconnu « Strong Performer » par l’analyste Fosway

Teach on Mars, reconnu « Strong Performer » par l’analyste Fosway

Pour la troisième année consécutive, Teach on Mars évolue dans la fameuse “9-Grid” de l’analyste Européen Fosway, au sein des meilleurs “Learning Systems” dans la catégorie “Specialists”, en tant que “Strong Performer”.

 

Les Learning Systems en 2021

Comme chaque début d’année, Fosway publie sa 9-Grid™ for Learning Systems, un rapport sur l’état de l’art du marché des solutions de formation digitales en Europe, s’appuyant sur l’analyse de milliers de lignes de données par des outils, des experts internes et un réseau de contributeurs.

Cette année, une grande nouveauté ressort de cette analyse : Les étiquettes “LMS”, “LXP” ou “NGLE” utilisées par le marché pour classifier les solutions n’ont plus vraiment de sens. En effet, de nombreuses solutions se présentant toutes comme LXP pouvaient s’avérer fondamentalement différentes. En parallèle, les LMS ont commencé à améliorer leurs interfaces en proposant notamment des accès mobiles (toutefois loin de l’expérience offerte par les experts de ce segment dont Teach on Mars a été pionnier dès 2013), rendant la lecture du marché encore plus complexe pour les acheteurs.

Fosway a donc rassemblé l’ensemble de ces solutions sous la dénomination “Learning Systems” et les a scindées en deux catégories : Suites & Specialists. (NB : Ces deux catégories demeurent cependant poreuses, les “spécialistes” continuant de compléter leurs solutions avec les fonctionnalités LMS traditionnelles, et les “suites” intégrant des capacités spécialisées).

fosway 9 grid 2021 learning systems

La grille “Fosway 9-Grid” 2021

 

Un point important de cette grille mélangeant “Suites” et “Spécialistes”, est rappelé par David Wilson, CEO de Fosway, lors de chacune de ses interventions : la meilleure solution pour votre entreprise ne se situe pas forcément en haut à droite. Une solution ayant un coût 10 fois moindre et couvrant 90% du spectre fonctionnel recherché peut en effet être le meilleur choix pour un acheteur. Une bonne combinaison de solutions (notamment une suite et un spécialiste) comme “Teach on Mars + Cornerstone” peut également être l’option la plus intéressante.

Enfin, cette grille ne représente que la partie visible de l’iceberg de l’analyse du marché du Digital Learning européen faite par Fosway. Le rapport complet comprend davantage d’informations sur les tendances du secteur, n’hésitez pas à télécharger ce rapport sur le site de Fosway.

 

Teach on Mars : une solution pour les RH

Après son entrée dans la grille en 2019, Teach on Mars a rapidement progressé vers les “Strong Performer”, en tant que spécialiste. Ce nouveau statut met en lumière notre capacité à offrir une expérience de formation exceptionnelle, très personnalisée, qui a séduit les directions métiers et RH des plus grands groupes Européens.

Selon David Wilson, CEO de Fosway Group “Teach on Mars continue sa progression dans la grille Fosway 9-Grid™, atteignant le rang de Strong Performer pour l’édition 2021. Teach on Mars a su maintenir sa croissance au cours des 12 derniers mois, et se confirme aujourd’hui comme un des leaders des spécialistes des solutions mobile learning, avec des taux de satisfaction client particulièrement impressionnants.”

Parmi les facteurs ayant conduit à ces succès, on retrouve :

  • un LCMS intégré (Learning Content Management System) permettant de créer et déployer des formations microlearning en mobile first tout en étant cross-canal (adaptées au format web)
  • une capacité à atteindre l’entreprise étendue : les métiers, l’ensemble des collaborateurs, les clients et partenaires, mais aussi le réseau de vente…
  • l’intégration d’un réseau social d’apprentissage moderne qui reprend les codes de réseaux sociaux comme Instagram ou LinkedIn ; un moyen efficace de favoriser les interactions entre pairs et de’encourager l’intelligence collective
  • un très bon Total Cost of Ownership, souligne Fosway

En 2021, Teach on Mars ne compte pas s’arrêter là et veut étendre son empreinte auprès des directions RH en devenant le Learning Hub préféré des collaborateurs, connecté au SIRH et aux différentes sources de contenus pédagogiques de l’entreprise, permettant des interactions sociales transversales.

Avec d’excellents résultats en termes de déploiement et d’utilisation, une communauté de clients importante et près de 200 projets déployés à l’international dans des environnements exigeants, Teach on Mars a déjà commencé à conquérir ce nouveau marché et à devenir un acteur européen de référence sur le segment des Learning Hub.

Pour servir les RH, différents investissements ont été faits dans des partenariats de contenus sur étagères, des connecteurs standards vers l’écosystème SIRH, un système de gestion des compétences, mais également dans des algorithmes de recherche et de recommandation pour offrir à chaque apprenant expérience d’apprentissage fluide et personnalisée, avec des contenus pertinents provenant de sources multiples.

Lors du dernier Learning Technologies UK, David Wilson observait notamment que “pour engager les collaborateurs dans le temps, il est nécessaire d’aligner leurs besoins avec leur métier, et qu’en fin de compte cela fait une énorme différence non seulement en termes d’expérience, mais également en termes d’utilisation.

C’est la direction que suit Teach on Mars pour toujours mieux servir l’envie et le besoin des collaborateurs, à des fins de développement de leurs compétences et d’une meilleure performance de l’entreprise.

Tous militants pour la planète !

Tous militants pour la planète !

Soyez prévenus, je m’apprête à invoquer dans cet article à la fois Nelson Rolihlahla Mandela et Mohandas Karamchand Gandhi. Le sujet est sérieux !

La notion de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) a pris de plus en plus d’importance dans notre société. Mais que faisons-nous vraiment ? Pris dans les contraintes sanitaires et économiques, malmenés quotidiennement par la course du temps – particulièrement intense en milieu startup – c’est la question que nous nous sommes posés.

« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde ». Nelson Mandela

En décembre 2017, nous avons créé l’association Teach on Earth pour mettre à disposition du grand public gratuitement une application de sensibilisation aux défis sociétaux et environnementaux.

Teach on Earth anime un écosystème d’entreprises et de particuliers au service de cette mission : faire connaître à tous, les enjeux liés aux objectifs de développement durable pour être capable d’agir à son niveau pour la planète. Elle travaille en partenariat avec des ONG et des associations pour créer et diffuser toute l’année des formations. À titre d’exemple, nous venons de publier cette semaine une formation sur la protection des mineurs sur internet avec l’association e-Enfance.

formation net ecoute teach on earth Découvrez la formation « Un doute, Net Écoute : 0800 200 000 ! » disponible gratuitement sur l’app Teach on Earth

 

C’est grâce au mécénat que Teach on Earth peut accomplir sa vision. J’invite toutes les sociétés qui veulent contribuer à cette démarche à soutenir l’association (contact@teachonearth.org) et tous les individus qui se reconnaissent dans ces valeurs à adhérer.

« Soyez vous-même le changement que vous voudriez voir dans le monde ». Gandhi

Nous avons évidemment créé un comité RSE  (Responsabilité sociétale des entreprises) ! Il réfléchit tous les mois à ce que nous pouvons faire pour contribuer à notre niveau : pollution numérique, mobilité, actions de sensibilisation interne, soutien à Teach on Earth, nettoyage de l’environnement, gestion des déchets (et des masques)… Les sujets ne manquent pas et les discussions sont à bâtons rompus.

Nos actions sont encore très modestes, mais nous avons eu le plaisir d’être distingué récemment pour nos premiers efforts par un jury présidé par l’ancienne ministre de l’environnement Corinne Lepage.

« More learning moments. Better future ». Teach on Mars

Mais notre vrai challenge est encore devant nous : vous persuader – oui, vous client – d’intégrer systématiquement des actions d’éducation sur les objectifs de développement durable (ODD) au côté de vos programmes professionnels. Vous, nous, en tant qu’entreprises, portons une responsabilité historique et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour agir dans le bon sens.

A quoi bon apprendre et devenir plus « intelligent » si c’est pour détruire un peu plus chaque jour notre planète ?

Voilà une mission majeure que nous vous proposons de relever ensemble : faire de l’éducation aux ODD un élément naturel de vos politiques de formation. Considérer nos collaborateurs comme des citoyens de la planète. Devenir toutes, à notre manière, des entreprises militantes.

 

On en parle dans la presse…

 

…et sur les réseaux

 

Où va la fusée de Teach on Mars en 2021 ?

Où va la fusée de Teach on Mars en 2021 ?

2021 représentera une année majeure dans la course de Teach on Mars vers les étoiles.

En effet, voilà maintenant presque 8 ans que notre société aide les professionnels de la formation des plus grandes sociétés européennes (mais aussi de plus petites) à moderniser leurs dispositifs.

À sa création, en 2013, Teach on Mars produisait des applications de mobile learning grand public en partenariat avec de grands magazines. Cela nous a permis de poser les bases d’une expérience mobile « consumer-grade ».

À partir de 2014, nous avons évolué en plateforme de formation mobile first pour les métiers : formation des réseaux de vente, de support, régulations, formation des clients et partenaires. Nous avons appris, en déployant plus de 150 projets de formation, l’exigence d’un environnement grands comptes à l’international, des USA à la Chine en passant par tous les continents. Nous avons constitué une communauté fidèle et bienveillante de clients qui partagent leurs apprentissages et bonnes pratiques et qui nous tirent chaque jour vers le haut.

Puis, à partir de 2018, après avoir réuni un réseau de près de 50 partenaires de contenus et de services, nous sommes devenus progressivement un allié des départements RH avec des projets en change management, transformation digitale, onboarding de collaborateurs ou soft-skills, faisant appel à des parcours de micro learning ou blended.

 

Quelle direction en 2021 ?

Pour le comprendre, il me faut partager avec vous quelques éléments de notre vision.

Depuis notre création, nous avançons avec la croyance inébranlable que si nous pouvons aider chaque individu à (re)trouver le goût d’apprendre un peu plus chaque jour, son futur, mais aussi celui de tous, sera meilleur. C’est le sens de notre credo « More learning moments. Better future. »

En environnement professionnel, cette mission prend forme dans notre capacité à relier, au meilleur moment possible, les collaborateurs avec une expérience d’apprentissage de qualité, personnalisée, correspondant à leurs objectifs personnels, mais aussi alignée avec les objectifs de l’organisation.

Notre roadmap 2021 marque une accélération décisive dans cette direction en apportant de nouvelles fonctionnalités qui vont permettre à nos clients de connecter leur application Teach on Mars à des sources d’apprentissages variées (micro learning, cours présentiels, visioconférences, coaching, contenus sélectionnés sur internet, contenus elearning sur étagère des plus grands éditeurs ou contenus métiers) et à en faire un portail d’accès immédiat, performant et simple à l’univers de formation propre à l’entreprise.

Cette évolution est pour nous naturelle et consacre notre vision d’une « Corporate Learning App« , véritable assistant personnel de formation des collaborateurs, GPS de la formation capable d’orienter chacun vers les meilleurs parcours pour progresser dans la bonne direction.

 

3 axes de R&D

Notre roadmap 2021 marque une nouvelle génération de releases baptisée “Téthys” (du nom d’un satellite de Saturne) et s’organise en trois axes :

  • User Experience : Nous considérons cet axe comme le plus important car un apprenant satisfait est un apprenant plus facile à fidéliser – condition sine qua none pour développer une forte culture d’apprentissage dans l’entreprise. 2021 verra un renforcement important de la partie sociale de l’app avec la capacité à charger une vidéo dans le Wall, à participer à des communautés apprenantes ou à organiser des coaching « peer 2 peer ».
    Vous découvrirez deux nouveaux jeux (dont un dès le mois de janvier !), une interface web responsive entièrement ré-écrite et de nombreuses améliorations UX (User Experience) qui font la part belle aux visuels.
    Vous pourrez (enfin !) programmer vos communications à l’avance et faire aussi connaissance avec un « learning chatbot » – un peu joueur parfois 😉
  • Machine Learning : Voilà près de 18 mois que nous travaillons, en partenariat avec l’INRIA, sur des algorithmes d’intelligence artificielle qui vont permettre un « matching » pertinent entre les objectifs d’apprentissage de chaque individu, de l’organisation et la quantité toujours croissante de ressources de formations disponibles. Dès le premier trimestre, vous bénéficierez d’un nouveau moteur de recherche « full-text » pour retrouver facilement les bons cours, articles ou ressources de formation. Notre algorithme de recommandation « Curiosity », vous fera des prescriptions basées notamment sur votre plan de développement des compétences. Un algorithme prédictif de notifications enverra des sollicitations au moment le plus opportun pour chaque collaborateur, renforçant le potentiel de passage à l’action.
  • Open Architecture : Cet axe de travail est un peu plus technique mais néanmoins essentiel à l’intégration de votre app Teach on Mars au sein d’un écosystème de formation complexe (SIRH, LMS, MOOCs, outils auteurs, outils de visioconférence …). Nous travaillons sur des intégrations poussées avec de grands acteurs logiciels du monde de l’entreprise comme Cornerstone OnDemand ou Microsoft Teams. Grâce à votre exigence constructive, nous poussons toujours plus loin les standards de sécurité et de gestion de données à l’international. Nos nombreux utilisateurs en Chine apprécieront l’intégration complète de Teach on Mars dans WeChat dès le début 2021 et certains d’entre vous seront satisfaits d’apprendre que nous allons développer un export SCORM de nos contenus directement intégrable dans tout LMS (une garantie de réversibilité).

 

Comme vous pouvez le constater, nous avons en 2021 une roadmap ambitieuse et au service de vos projets de formation les plus avancés. Je vous invite à contacter votre consultant Teach on Mars pour obtenir une présentation détaillée des évolutions en cours et partager avec nous votre vision de la formation digitale.

Comment l’intelligence artificielle s’inscrit-elle dans l’avenir de l’apprentissage ?

Comment l’intelligence artificielle s’inscrit-elle dans l’avenir de l’apprentissage ?

Quel sera l’impact de l’intelligence artificielle sur le développement futur de Teach on Mars ?  

Chez Teach on Mars, nous prenons l’intelligence artificielle (IA) très au sérieux. Pour nous, c’est bien plus qu’un concept au goût du jour ou un effet de mode, car nous envisageons clairement comment chacune de nos actions en sera transformée et valorisée. Le potentiel qui s’ouvre à nous est d’une envergure inédite, car l’IA facilitera non seulement la création de parcours de formation adaptés à chaque apprenant, mais aidera également les formateurs et les concepteurs pédagogiques à générer des contenus pertinents et motivants. Nous pensons que la valeur sur le marché de cette technologie se révélera pleinement d’ici 3 à 5 ans. Cela dit, il est important de garder le sens de la mesure et de ne pas exagérer le rôle des machines dans le domaine de l’apprentissage.

Personnellement, en tant qu’ingénieur informatique, je n’aime pas le terme « IA », car un ordinateur est tout sauf intelligent ! Nous avons déjà des difficultés à comprendre ce qu’est l’intelligence humaine, alors parler d’intelligence artificielle – même aujourd’hui – est tout à fait prématuré. Je préfère la notion d’algorithmes d’apprentissage-machine, qui se réfère à la capacité réelle et objective de l’ordinateur à analyser de gros volumes de données, à reconnaître des modèles, à appliquer des règles et à les répertorier.

La seule donne qui a changé dans notre monde connecté actuel, c’est la quantité incroyable de données que nous accumulons dans nos bases de données. Grâce à nos centaines de milliers d’utilisateurs, Teach on Mars génère littéralement des millions d’éléments de données qui nous permettent d’identifier les modes d’apprentissage, les raisons des échecs et des réussites, quels sont les formats les plus appréciés et les types de contenus pédagogiques qui fonctionnent le mieux.

Forts de cette meilleure compréhension, nous avons formé une équipe dédiée au sein de Teach on Mars, dont le nom de code est « Curiosity » (comme le robot envoyé sur Mars par la NASA en 2012). La mission de cette équipe est d’élaborer des algorithmes capables d’analyser l’ensemble de ces précieuses données et d’aider au développement d’une énorme capacité de personnalisation des parcours de formation afin de pouvoir ensuite les proposer à nos clients à un moindre coût. Pour renforcer nos activités de R&D, nous avons également mis en place un programme de recherche de trois ans en partenariat avec l’INRIA à Sophia-Antipolis (Institut national de recherche sur l’IA), qui impliquera certains des plus grands experts de l’intelligence artificielle en Europe.

Quels changements pour le mobile learning ? 

Ces nouveaux algorithmes intelligents nous aideront à chaque étape du processus d’apprentissage. Tout d’abord, ils aideront la machine à comprendre vos besoins en formation par le biais du langage naturel. Imaginez pouvoir simplement parler avec votre smartphone ou dialoguer avec un chatbot à propos de vos besoins, projets ou objectifs, de manière fluide et intuitive. Et imaginez que la machine soit capable de vous comprendre et de traduire vos paroles en un ensemble de compétences à améliorer.

Ensuite, un algorithme pourra élaborer et prescrire un programme de formation personnalisé, basé sur votre niveau de compétences actuel, vos préférences d’apprentissage et le temps que vous pouvez y consacrer. Ce programme proposera généralement diverses possibilités de formation, combinant des activités numériques avec, par exemple, des contacts avec des pairs ou des experts, afin de faciliter l’apprentissage social.

La machine sera également capable d’indexer automatiquement d’énormes corpus de documents, vidéos, podcasts et autres contenus pour trouver les ressources d’apprentissage qui vous conviennent. Elle pourra même concevoir des activités personnalisées, spécialement pour vous !

Les stratégies d’apprentissage seront, par conséquent, mieux adaptées aux besoins et aux objectifs des apprenants (et des organisations). L’écosystème d’apprentissage de l’organisation fonctionnera plus efficacement et à moindre coût.

Pour renforcer la confiance des apprenants dans le système, il sera essentiel de maintenir les normes de qualité les plus strictes en termes de contenus et de garantir la pertinence de toutes les propositions d’apprentissage. Donc, à moyen terme du moins, nous pensons que la machine ne pourra pas se passer d’une intervention et d’une supervision humaines pour valider les stratégies d’apprentissage ainsi que les contenus élaborés numériquement.

Nous pensons également qu’il existe un réel besoin d’éduquer les apprenants sur l’intelligence artificielle, afin de les aider à véritablement comprendre en quoi consiste cette nouvelle technologie et appréhender son incidence probable sur leur apprentissage et leur développement personnel, mais aussi sur leur vie. Dans les décennies à venir, tout le monde devra être apte à intégrer l’intelligence artificielle !

Chez Teach on Mars, envisageons-nous de recourir à l’intelligence artificielle pour créer des contenus et des activités ?  

Bien entendu. Nous avons mis en place un programme de recherche avec l’INRIA et le laboratoire WIMMICS pour relever précisément ce défi. .
En termes de nouvelles capacités et fonctionnalités pour la solution Teach on Mars, cela pourrait se traduire par :

  • un learning chatbot, capable de vous poser des questions et de se servir de vos réponses, ainsi que de l’analyse de vos besoins et de vos préférences d’apprentissage, afin de vous aider à élaborer votre propre stratégie pour vous former à tout moment et en tout lieu ;
  • la génération automatique de jeux pédagogiques grâce à un algorithme capable de créer des jeux sur une base ad hoc en parcourant des documents sur divers sujets. Les contenus bruts ainsi obtenus devront tout de même être revus et validés par un formateur, mais les gains en temps potentiels seront considérables ;
  • des défis de certification des compétences personnalisés : génération de questionnaires ciblés et contextuels pour une mise à niveau des connaissances intelligentes basée sur les niveaux de compétences réels des apprenants ;
  • des recommandations intelligentes : des notifications Push sur le Wall de l’application Teach on Mars, avec des conseils d’activités d’apprentissage afin de mettre en place une démarche « Time to Competency » (T2C) permettant d’optimiser le temps consacré à la formation.

Bien que les possibilités soient à la fois prometteuses et infinies, il nous faut réitérer la nécessité de mesurer nos attentes. À ce stade, nous devons considérer ces fonctionnalités comme une manière de renforcer les capacités de formation, mais en aucun cas comme un moyen de remplacer l’apport d’un formateur ou d’un concepteur pédagogique humain, seul habilité à créer un parcours de formation véritablement intelligent, attractif et personnalisé, et surtout capable de motiver les apprenants. Gardons à l’esprit qu’une machine n’a aucune personnalité, aucun sens de l’humour et aucune réelle connaissance de la psychologie humaine. L’importance de l’intelligence émotionnelle et de l’empathie dans tout processus d’apprentissage signifie que seul un formateur humain peut susciter l’engagement auprès des apprenants.

Pensez-vous que, demain, les algorithmes pourront concevoir des contenus sans faire appel au cerveau d’un concepteur pédagogique ?

Peut-être un jour… mais pas avant longtemps !
Comme mentionné précédemment, un ordinateur n’est pas vraiment intelligent. En fait, il est plutôt stupide. Il ne peut pas, pour l’instant, s’adapter aux situations nouvelles, ni innover. Il est incapable d’enfreindre les règles ou de prendre des risques. Il ne fait preuve d’aucune curiosité et ne sait pas relever des défis. Il éprouve des difficultés à identifier ce qui est nouveau. Il peut, en revanche, appliquer des règles programmées par l’homme, et traiter des données bien plus rapidement et plus efficacement que nous.

En d’autres termes, les ordinateurs et l’intelligence artificielle vont « renforcer » notre capacité à imaginer, concevoir et créer des écosystèmes d’apprentissage intelligents, ainsi que notre aptitude à enseigner et à apprendre.

L’intelligence artificielle va agir comme un levier sur nos stratégies de formation et les rendre davantage opérationnelles, tout en réduisant les coûts de nos programmes pédagogiques. Mais, les formateurs devront rester dans la boucle. Le métier va changer, mais ne disparaîtra pas. Loin de là ! La liberté acquise grâce aux nouvelles technologies leur permettra de se concentrer sur des tâches à plus grande valeur ajoutée. Des tâches telles que la conception de programmes de formation complexes et multimodaux, la sélection des technologies adaptées et la création d’un environnement propice à l’apprentissage, tant en termes de contenus que de flexibilité. Mais surtout, ils disposeront de davantage de temps et de ressources pour susciter et encourager la volonté d’apprendre.

Quelle place donner au mobile learning dans une stratégie de formation professionnelle ?

Quelle place donner au mobile learning dans une stratégie de formation professionnelle ?

Deux représentants de la société Teach on Mars, Vincent Desnot (co-fondateur et CEO) et Sebastien Lasarte (Internet Sales Manager) répondent à l’occasion d’une interview radiophonique, à la question : « Quelle place donner au mobile learning dans une stratégie de formation professionnelle ? »

Le mobile favorise de nouveaux moments d’apprentissage

L’utilisation du mobile dans le cadre des parcours de formation a été progressive. Elle a démarré il y a cinq ou six ans sous le nom de « micro-learning », sur des temps courts et en complément de formations en présentiel ou à distance via un desktop. L’usage du mobile par le monde de la formation est ensuite monté en puissance au fil de l’utilisation de plus en plus intensive que nous en avons fait dans notre vie de tous les jours. À présent que nos mobiles nous suivent partout et presque 24 heures sur 24, ils s’imposent comme des supports de formations incontournables ! Ils permettent de multiplier les instants de formation en créant de nouveaux moments d’apprentissages issus de notre quotidien, alors que nous avons toujours nos smartphones dans nos poches ou à portée de mains : dans notre cuisine, dans une salle d’attente, en voiture, en train, en avion …

Le mobile devient un « GPS de la formation »

Au-delà de son utilisation pour des sessions pédagogiques spécialement conçues en « formats courts opérationnels », le mobile remplit également pleinement sa nouvelle vocation « d’assistant personnel » dans le cadre d’un parcours de formation. Ainsi, grâce à l’immédiateté d’utilisation et ses infinies bases documentaires, le mobile permet à l’apprenant de trouver les ressources dont il a besoin (ex : MOOC, organisme de formation professionnel, LMS, webinar, experts …). Le mobile learning intègre en effet aujourd’hui de puissants algorithmes qui font matcher besoins et ressources d’un parcours de formation.

Quand le mobile learning permet à de nouvelles populations de se former…

En plus de générer de nouveaux temps de formation, le mobile learning ouvre la formation professionnelle à des populations traditionnellement difficiles à atteindre à cause de leurs amplitudes horaires ou de leur mobilité géographique. A titre d’exemple, la direction de l’information voyageurs du Groupe SNCF vient de déployer un dispositif de mobile learning à destination de ses agents. Cette population difficile à capter auparavant peut ainsi, maintenant, se former de n’importe où – en ligne comme hors-ligne – sur des temps courts adaptés à ses disponibilités et qui ne viennent pas interférer dans les missions professionnelles quotidiennes.

Le monde de l’apprentissage s’adapte aux nouveaux usages

Le mobile est aujourd’hui universel. Il supplante le desktop dans bien des domaines, à commencer par celui des réseaux sociaux ; on le voit bien avec l’utilisation de YouTube ou Facebook. Le smartphone est devenu le nouveau centre de gravité des usagers, leur permettant de communiquer, voyager, consommer… Et donc, il est normal qu’il leur permette de se former également. Le mobile learning a fait du smartphone un véritable « hub » d’accès aux ressources pédagogiques.
Dans le même temps, l’apprenant « moderne » recherche des formations stimulantes, valorisantes et enrichissantes. Il est aussi demandeur de méthodes d’apprentissage ludiques, en toute autonomie et avec un accès aux ressources simple, fluide et rapide…. Le mobile learning répond à toutes ces attentes et les rend accessibles directement depuis un smartphone ou une tablette, dès que l’apprenant à un moment à consacrer à sa formation.
Pour autant, le mobile en tant qu’outil pédagogique reste une passerelle vers les autres modalités plus traditionnelles : les classes, les web conférences, les tchats avec un expert et bien sûr ; le desktop qui reste le support optimum pour la diffusion de diagrammes ou schémas difficilement lisibles sur petit écran.

Laisser à l’apprenant la liberté d’être mobile…

Car, « au final, c’est l’apprenant qui est mobile ! ». C’est la conclusion à laquelle parviennent Vincent Desnot et Sebastien Lasarte en fin d’interview. Ils constatent qu’avec sa solution de mobile learning, Teach on Mars remplit parfaitement la promesse du e-learning : apprendre n’importe où et n’importe quand.
Alors pourquoi même ne pas imaginer – comme cela a été évoqué au Mobile World Congress où ils se sont rendus récemment – que l’apprentissage puisse un jour se décliner via tous nos objets du quotidien … Nos frigos, nos micro-ondes, nos montres, bref, que le service d’accès aux ressources pédagogiques suive l’apprenant partout où il ira, lui laissant la liberté d’accéder – s’il le veut – à ses apprentissages…

Réécoutez le podcast ici !

Découvrez notre webinaire "Accélérez votre projet mobile learning avec des  contenus clefs en main"