Régénérer sa culture d’entreprise avec Teach on Mars

Régénérer sa culture d’entreprise avec Teach on Mars

Dans son nouveau rapport, Gartner Inc. désigne Teach on Mars comme un acteur majeur des solutions de formation modernes, capable d’aider les organisations à optimiser leur culture pour rester performantes pendant les périodes d’incertitudes.

Ralentissement de l’activité, suppressions d’emplois, baisse de la performance… Comment les organisations remontent-elles la pente progressivement et projettent de s’épanouir à nouveau dans ce monde post-Covid ? Les experts le disent, la culture d’entreprise a son rôle à jouer !

L’atout le plus puissant d’une entreprise est la culture

Il est évident que les suppressions d’emplois semblent constituer, dans la majorité des cas, l’unique tactique crédible à court terme pour gérer la baisse des niveaux d’activité. À la fin du deuxième trimestre 2020, plus de 26 % de l’ensemble des emplois en Europe devraient être menacés (Rapport Catalyst, The Impact of Covid-19 on Job Loss, 22 juin 2020). La suppression de postes, toutefois, n’aidera pas les organisations à appréhender le double défi, sans doute plus complexe, de management pendant une période d’incertitude sans équivalent tout en maintenant la motivation et les niveaux de performance au sein d’effectifs qui ont dû basculer vers un modèle de « management virtuel ».

Dans son rapport d’avril 2020 How HCM Technologies Can Support Cultures That Perform in Uncertain Times (Comment les technologies HCM peuvent soutenir les cultures qui se distinguent en périodes d’incertitude), Gartner avance que l’atout le plus puissant d’une entreprise dans notre nouveau monde professionnel post-Covid 19 est la culture. Les organisations qui continueront à être performantes, voire à s’épanouir, à travers une crise que la plupart des experts considèrent encore loin d’être finie, sont celles qui réussiront à sauvegarder, à communiquer et à diffuser leur culture.

Une culture formulée de manière convaincante, entièrement comprise et correctement traduite en comportements et en actions apportera de nombreux avantages à une organisation dans les périodes d’incertitude que nous connaissons :

  • Les collaborateurs ressentent un sentiment accru de connexion, de motivation et d’appartenance qui contribue grandement à relever les défis du télétravail et à gérer un avenir incertain.
  • Les managers comme les collaborateurs disposent d’un référentiel solide autour duquel ils peuvent bâtir l’expérience et le service client qui, aujourd’hui plus que jamais, permettront aux entreprises exceptionnelles de se distinguer.
  • Des valeurs et une culture clairement identifiées renforcent la proposition de valeur et l’image de marque de l’entreprise aux yeux du client sur un marché ultra concurrentiel.

Le rapport Gartner identifie les trois principaux écueils que doivent franchir la plupart des organisations en vue d’accroître l’aptitude ou l’empressement à appliquer leur culture : les connaissances, la mentalité et le comportement.
Selon les analystes Gartner, les solutions technologiques de Gestion du capital humain (HCM) peuvent aider les organisations aux prises avec les défis de l’incertitude à mieux réussir dans les domaines cibles les plus importants de l’harmonisation culturelle :

  • Contrôler et comprendre la réalité de leur culture aujourd’hui.
  • Donner les moyens aux collaborateurs d’appliquer la culture dans leur travail quotidien.
  • Responsabiliser les leaders pour qu’ils renforcent la culture via des processus et des systèmes optimisés (qui éliminent les barrière systémiques).

Actions d’accélération du changement et opportunités de leadership

Teach on Mars appartient au groupe restreint d’acteurs sélectionnés par le rapport Gartner qui offrent des solutions pouvant faciliter la mise en place d’une connexion cohérente et puissante des collaborateurs à la culture d’une organisation.

Les auteurs du rapport soulignent le potentiel des solutions de microlearning mobiles comme Teach on Mars, capables de proposer aux salariés des connaissances pertinentes, facilement et fréquemment accessibles portant sur la culture. Ils voient une valeur évidente dans la capacité de ces solutions à « prendre en charge une formation brève, ciblée et souvent urgente […] typiquement réalisée via des vidéos accessibles sur des appareils mobiles » et à « renforcer l’adoption des actions ciblées d’amplification du changement (culture hacks) et des opportunités de leadership à des moments critiques (leadership moments) par des interventions de formation continues (et souvent répétitives) ».

C’est l’illustration parfaite de l’une des principales convictions de la vision de Teach on Mars : le mobile learning peut et doit dépasser les limites de la simple formation. Les populations d’apprenants sont avides d’une expérience mobile de consommateur qui répondent à leurs attentes professionnelles, mais aussi à leur développement personnel. Les clients de Teach on Mars répondent à ces attentes, et optimisent de nouvelles fonctions comprenant des recommandations de contenus reposant sur l’IA, une fonctionnalité sociale embarquée et de nouveaux outils pour les formateurs et les managers opérationnels, en vue de déployer la solution dans un certain nombre de cas concrets qui produisent un impact et une valeur dans toute leur organisation.

L’intégration augmentée des nouvelles recrues, la facilitation de la force de vente et le déploiement d’initiatives stratégiques dans toute l’entreprise sont quelques uns des principaux contextes dans lesquels la capacité des applications Teach on Mars à mobiliser les communautés est utilisée pour transformer les entreprises. Mais, c’est incontestablement en faveur de la culture d’une organisation – pour promouvoir son émergence, ancrer ses concepts clés et renforcer son application – que Teach on Mars peut avoir l’impact le plus transformateur, particulièrement dans le climat post-Covid actuel où une forte culture est tellement essentielle.

Comment le mobile learning peut vous aider. [Alerte au spoiler : il ne s’agit pas uniquement du contenu]

Il ne s’agit pas simplement d’offrir une voie confortable et universellement adoptée pour fournir des contenus liés à la culture. Une solution de mobile learning personnalisée peut contribuer de façon mesurable aux trois piliers majeurs de la culture dans le modèle Gartner.

La mentalité

  • Les activités interactives de style étude recueillent des données critiques sur la perception de la culture des collaborateurs et signalent tout écart dans leur compréhension et leur application.

  • Les opportunités inclusives de formation sociale fondées sur la communauté créent un environnement positif pour transmettre la bonne mentalité, spécifique à la culture au sein des effectifs étendus les plus dispersés géographiquement.

Les connaissances

  • Toujours prête et toujours à propos, une expérience mobile de consommateur est la meilleure façon de faire bénéficier tous les collaborateurs d’une formation ciblée et centrée sur la culture, simultanément et à leur échelle. Et permet de s’assurer que le contenu est présenté au format le plus adéquat.

  • La capacité UGC (User-Generated Content ou contenu généré par l’utilisateur) signifie que des contributions de partage de connaissances multimédia peuvent provenir de tous les utilisateurs au sein de l’organisation.
  • Des analyses approfondies permettent de savoir où se situent les niveaux de connaissance des collaborateurs en matière de culture, et qui consomme quel contenu lié à la culture.

Le comportement

  • Des quiz et des simulations en direct ou virtuels permettent d’évaluer in situ la manière dont la culture est appliquée sur le terrain – avec une dynamique humaine et ludique.

  • Un « portail pour manager » interactif (une exclusivité Teach on Mars) fournit aux responsables hiérarchiques des données en temps réel sur les niveaux de compétence et les performances d’apprentissage de leurs équipes – ce qui renforce la capacité de ces managers à fournir un coaching ciblé sur le développement de la culture.

  • La fonctionnalité intégrée de certification et de reconnaissance peut être utilisée pour reconnaître et récompenser un comportement adapté à la culture (en mode manager-salarié ou pair à pair).

Aujourd’hui plus que jamais, les organisations comprennent certaines vérités fondamentales à propos de la culture : ce n’est pas une solution rapide, mais un processus méthodique et systémique qui commence au sommet avec les dirigeants. Cela dit, la culture est le travail de chaque collaborateur.
Dans le même temps, la rigueur inattendue du climat actuel dissipe également un ou deux mythes sur la culture. Le principal mythe, celui selon lequel la culture est un luxe, un agrément qui peut être sacrifié lorsque la continuité de l’activité et la survie économique sont en jeu.

En réalité, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité, comme le soulignent Gartner et d’autres experts dans leurs recherches. Une grande culture, soutenue par les bons outils HCM, est l’une des clés non seulement de la survie, mais aussi de la performance en période d’incertitude. Teach on Mars est fier d’aider ses clients à atteindre cet objectif aujourd’hui.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le rapport Gartner « How HCM Technologies Can Support Cultures That Perform in Uncertain Times », contactez Teach on Mars et nous serons heureux de le partager avec vous.

Et les nominés dans la catégorie Learning Technologies sont …

Et les nominés dans la catégorie Learning Technologies sont …

Par un froid matin de novembre à Londres, Teach on Mars a rendez-vous avec le responsable de la formation de l’une des maisons emblématiques du Groupe LVMH. 
Une sensation de déjà-vu ?
 Nous voici de retour à cette époque de l’année pour les Learning & Performance Institute Awards !

Les LPI Awards sont certainement l’événement le plus prestigieux du genre dans le calendrier annuel du secteur des technologies de la formation au Royaume-Uni. La crème de la crème du monde de la L&D international participe au concours chaque année en septembre. Les finalistes sont annoncés en octobre, puis rencontrent en novembre le jury lors d’une série de présentations en face à face à Londres, où ils exposent leurs arguments pour gagner l’un des trois prix proposés dans chaque catégorie. Ils doivent ensuite contenir leur enthousiasme pendant trois longs mois en attendant l’annonce du gagnant lors d’une soirée de gala de remise des prix qui a lieu en février.

Tout ce que nous faisons en 2019 …

La période précédant Noël l’an dernier, Teach on Mars s’est rendu à Londres avec Acqua di Parma pour présenter au jury sa très prisée application mobile Yellow You et se confronter aux six finalistes de la catégorie Digital Transformation. Lors de la soirée de gala, les deux sociétés ont eu le plaisir de se voir décerner le très recherché Bronze Award – un résultat formidable pour une première participation.

L’édition 2020 des LPI Awards est à ce jour la plus importante. Avec littéralement des centaines de candidats de plus de 50 pays. Le gala sera retransmis en direct dans le monde entier. Cet événement est une occasion merveilleuse pour les entreprises de formation de toutes tailles de démontrer leur capacité d’innovation et leur aptitude à exercer un impact professionnel mesurable.

… nous pouvons le faire en 2020

Cette année, Teach on Mars a eu le plaisir de soumettre sa candidature dans la catégorie Learning Technologies en collaboration avec Parfums Dior UK & Ireland. Cette candidature s’appuyait sur l’histoire captivante du déploiement par Parfums Dior de l’application de Mobile Learning MyDior et de la contribution de celle-ci à l’émergence d’une culture de « formation nomade » dans toute son organisation.

Parmi plusieurs dizaines de candidats, le tandem Teach on Mars-Parfums Dior a été sélectionné pour faire partie des sept finalistes – ce qui en soi n’est pas une mince affaire. Dans la matinée du 12 novembre dernier, Daniel Muccio, Digital Learning Project Manager pour Parfums Dior, s’est présenté devant le jury des LPI Awards pour décrire ce qu’il était parvenu à réaliser à l’aide la technologie Teach on Mars, accompagné et assisté par Adam Charlesworth, Chief Storyteller chez Teach on Mars.

Une technologie si puissante qu’elle disparaît littéralement

Opposé à d’autres finalistes dotés de puissantes solutions techniques dans des domaines tels que la Réalité virtuelle et la Réalité augmentée, le duo Teach on Mars-Parfums Dior a choisi d’adopter une approche qui revient aux fondements de la technologie de l’apprentissage. La dimension humaine de la formation est prépondérante, c’est pourquoi les technologies d’apprentissage ne doivent pas être une distraction, une contrainte ou une source de complexité. Elles doivent être assez puissantes, assez intuitives et assez favorables pour disparaître en arrière-plan de l’expérience d’un apprenant qui place l’individu – qu’il s’agisse d’un apprenant, d’un formateur ou d’un manager sur le terrain – au cœur du processus.

Daniel a ainsi insisté sur la simplicité et l’accessibilité de la technologie Teach on Mars, qui permet à chaque membre de la population d’apprenants de Parfums Dior UK & Ireland, quel que soit son background technique, de saisir la solution. Et qui lui a permis de créer un environnement sûr et rassurant où les défis liés au développement des compétences et des comportements ne sont plus menaçants, ni sources d’anxiété et de stress. Il a évoqué comment la profonde ludification de la solution Teach on Mars a fait de l’apprentissage une expérience sociale amusante. Et comment la concurrence amicale a accéléré l’émergence d’une culture de la formation fondée sur l’intelligence collective et le partage des connaissances dans tout le réseau des points de vente.

L’apprentissage numérique avec un supplément d’âme… étayé par des données concrètes

Dans sa description d’une solution qui permet la création d’une connexion humaine personnalisée avec chaque apprenant, Daniel a parfaitement réussi à illustrer la conviction de Teach on Mars selon laquelle sa technologie offre un « apprentissage numérique avec un supplément d’âme ».

Parallèlement, il a souligné les bénéfices concrets pour Parfums Dior UK & Ireland. Des bénéfices comme une puissante suite d’outils développée pour le mobile qui lui a permis de créer, rapidement et sans peine, une nouvelle capacité de conception pédagogique essentielle dans toute son équipe L&D et au sein de sa communauté d’experts. Ou comme les données précises sur la performance de l’apprentissage que Teach on Mars lui fournit en temps réel ainsi qu’à tous ses responsables opérationnels, leur permettant ainsi de s’appuyer sur des défis de développement personnel et de s’assurer que chaque membre de l’équipe reçoit le coaching de formation et de performance ciblé dont il a besoin.

Les sept finalistes de la catégorie Learning Technologies méritent nos sincères félicitations et Teach on Mars leur souhaite bonne chance. L’équipe de la fusée rouge et blanche croisent les doigts pour que sa candidature avec Parfums Dior UK & Ireland touche un point sensible parmi les membres du jury.

Il ne nous reste plus maintenant qu’à attendre le mois de février. Le suspense est déjà insoutenable !

Évaluer la qualité d’une expérience d’apprentissage moderne

Évaluer la qualité d’une expérience d’apprentissage moderne

Les promesses de l’apprentissage mobile ont l’avantage d’être claires et convaincantes. Si, en tant que responsables de programmes, formateurs et concepteurs pédagogiques, nous sommes capables de mettre à disposition un environnement de formation et de développement de haute qualité sur les appareils mobiles de nos apprenants, nous pouvons alors multiplier les moments d’apprentissage à l’infini tout au long de la journée de chacun des utilisateurs.

Les gens autour de nous ne quittent, pour ainsi dire, jamais leur smartphone… que ce soit lors de leurs trajets domicile-travail, quand ils promènent leur chien ou durant leurs entraînements sportifs. Nous observons aussi ce phénomène (et il s’agit là d’un profond changement sociétal) sur le canapé ou dans la cuisine au sein de leur foyer et pendant leur temps libre.

Par conséquent, si nous parvenons à offrir une expérience d’apprentissage par le biais de ce dispositif avec lequel, d’après de nombreuses études, les deux tiers des adultes britanniques de moins de 35 ans interagissent dans les cinq minutes qui suivent leur réveil, nous pourrons conquérir les cœurs, les esprits et surtout les pouces d’une communauté d’apprenants actifs, connectés et impliqués comme jamais auparavant. Rien de plus simple, n’est-ce pas ? En théorie, bien sûr. Mais en pratique, le Saint Graal des apprenants qui se forment comme ils utilisent Facebook, Instagram, WhatsApp, LinkedIn ou Strava est en fait beaucoup plus difficile à atteindre.

Pour David Perring, Directeur de recherche du groupe Fosway, cette nécessité absolue de rendre l’apprentissage mobile revient à « être là où le regard se pose ». Une expression qui résume clairement la situation, mais que David s’empresse lui-même de préciser en insistant sur le fait que le défi ne consiste pas seulement à trouver le bon canal de diffusion. Selon lui, pour toute organisation souhaitant s’assurer une présence forte et crédible sur le secteur de l’apprentissage mobile, alimenter les smartphones de ses apprenants avec des contenus n’est que la condition première élémentaire. Qui plus est, selon David, le fait de trop se focaliser sur les contenus risque de nous empêcher d’atteindre notre véritable objectif de créer une expérience d’apprentissage immersive et inclusive, qui place les liens sociaux, l’agilité et les interactions humaines au premier plan. Surtout que cette expérience doit impérativement rester profondément ancrée dans la réalité de l’entreprise, afin de s’assurer que la formation est adaptée et que son impact est mesurable.

La question n’est pas de savoir si ce que nous offrons surpasse les autres formes plus traditionnelles d’apprentissage numérique ou non numérique. Il s’agit plutôt de savoir si ce que nous offrons surpasse Candy Crush. Parce que ne vous y trompez pas, avec 3 milliards de téléchargements et plus d’un million de kilomètres parcourus quotidiennement par nos pouces et nos doigts sur les écrans de nos smartphone, les jeux comme Candy Crush sont sans aucun doute les principaux concurrents de toute application mobile.

Cela fait maintenant deux ans que j’utilise le paradigme Candy Crush pour exprimer la vision de Teach on Mars sur l’apprentissage nouvelle génération lors de mes discussions avec nos clients et prospects. Dans un premier temps contre-intuitif, et même potentiellement choquant, cet argument finit toujours par toucher une corde sensible. En effet, on se rend rapidement compte que pour relever le défi de l’apprentissage mobile, proposer une expérience « grand public », capable de rivaliser avec toutes ces autres applications qui se taillent déjà la part du lion sur nos écrans, n’est pas tant un objectif ultime qu’un point de départ non négociable.

Pour l’instant, le problème semble assez simple. Mais au-delà du jargon marketing et des questions pertinentes, comment les organisations peuvent-elles estimer si l’expérience d’apprentissage sur mobile qu’elles proposent est réellement « grand public » ? Bien que nous n’en soyons probablement pas encore au stade où nous disposons d’indicateurs clés de performance précis et mesurables, j’aimerais suggérer trois critères basés sur une appréciation des facteurs de différenciation des meilleures applications mobiles.

Votre expérience d’apprentissage repose-t-elle sur l’effet Boucle d’or ?

Nous connaissons tous ce conte pour enfants. La bouillie de papa ours est trop salée, celle de maman ours est trop sucrée, quant à celle de bébé ours est délicieuse. Il en va de même des règles, des contraintes et des structures que vous intégrez à votre expérience d’apprentissage. Si elles sont trop nombreuses, vos apprenants risquent de se lasser et de se désintéresser (comme c’est le cas depuis des décennies sur les plateformes d’apprentissage numériques classiques). Éliminez les directives et laissez aux apprenants la liberté de s’autodiriger en tant qu’individus ou en tant que communauté, et l’écosystème d’apprentissage établira rapidement sa propre gouvernance. Veillez simplement à maintenir une structure suffisamment judicieuse pour éviter le risque de dilution de votre concept didactique et de votre capacité à mesurer et à suivre les avantages pédagogiques.

Faites-vous en sorte que la technologie et le contenu « disparaissent » ?

La technologie qui sous-tend les expériences mobiles les plus subtiles et les plus stimulantes est vraiment intelligente. Tellement intelligente qu’on finit par l’oublier. Tout devient parfaitement intuitif. Les recommandations et les notifications se fondent dans votre quotidien. Les commandes sont exactement là où vous vous attendez à les trouver. Les nouvelles fonctionnalités apparaissent comme par magie et les mises à niveau ne nécessitent pratiquement aucune explication ou documentation (vous souvenez-vous, par exemple, quand vous avez pour la dernière fois mis à jour votre application Uber sur votre téléphone ?). Quant au contenu, il est évidemment au centre des applications mobiles que nous connaissons tous, apprécions et utilisons sans cesse. Un contenu actualisé en continu. Mais, ce qui influe le plus dans l’expérience réside dans les interactions entre les utilisateurs que le contenu suscite et encourage. L’apprentissage de prochaine génération n’est pas une question de technologie ni même de contenu, c’est une question de connexions entre les apprenants et de communautés et surtout de culture. En d’autres termes, il s’agit d’une expérience humaine et sociale. Une expérience d’apprentissage qui est numérique, certes, mais avec cette petite touche critique d’humanité que nous pouvons appeler un supplément d’âme. Et si nous ne pouvons pas affirmer que cela s’applique à notre offre de Mobile Learning, cela signifie que nous devons probablement la repenser.

Est-ce que l’expérience physique a été prise en compte ?

Strava, l’application n°1 pour les coureurs et les cyclistes, a déclaré avoir engrangé près d’un million de nouveaux utilisateurs par mois en 2017 et que, chaque semaine, plus de 8 millions d’activités avaient été téléchargées et partagées via leur système.
Il n’y a pas si longtemps, personne ne parlait de « fitness social », en tous cas pas hors des cercles élitistes des clubs de vélo et d’athlétisme.
Aujourd’hui, tout cycliste amateur peut comparer ses performances non seulement avec celles qu’il a réalisées lui-même la semaine dernière ou l’année dernière, mais aussi avec celles des vainqueurs d’étapes du Tour de France. La moindre ascension devient alors plus gratifiante.
Et ce n’est pas tout, cette application qui avait été d’abord spécifiquement conçue pour le cyclisme prend désormais en charge d’une trentaine de sports différents. La technologie intégrée à l’interface utilisateur de Strava est tellement intelligente qu’elle est capable, la plupart du temps, de détecter automatiquement quel sport vous êtes en train de pratiquer (voir le critère N°2 ci-dessus). Les besoins de chacun sont pris en compte, quelles que soient leurs capacités et leurs activités. Bien entendu, Strava est un exemple particulièrement frappant, compte tenu de sa vocation sportive. Mais la tendance avec la plupart des expériences mobiles modernes est de s’éloigner d’une interaction 100 % numérique et de favoriser les points de contact humains plus traditionnels comme les rencontres et les événements communautaires locaux. Parallèlement, les expériences d’apprentissage de nouvelle génération revêtent une nouvelle dimension avec l’émergence des « événements phygitaux » immersifs, dans le cadre desquels la technologie d’apprentissage mobile accompagne des groupes d’apprenants dans des aventures d’apprentissage semi-compétitives en temps réel qui mettent fortement l’accent sur l’interaction physique et l’utilisation des cinq sens et de l’effort communautaire.

Il est intéressant de noter que ces trois critères transcendent les limites strictes de l’apprentissage numérique et que l’expérience de l’apprenant est évaluée, au moins en partie, selon des critères du monde réel qui sont très éloignés des mesures habituelles de la L&D.
Ce qui, en fin de compte, ne devrait pas nous surprendre plus que cela. Après tout, nos d’apprenants se baseront instinctivement sur ces mêmes critères pour évaluer nos offres de formation dans cette nouvelle ère de l’apprentissage de prochaine génération.

Teach on Mars est de retour dans les charts du LPI !

Teach on Mars est de retour dans les charts du LPI !

Pour la deuxième année consécutive, Teach on Mars a l’honneur de figurer dans la liste des 15 meilleurs éditeurs de technologies d’apprentissage du Learning and Performance Institute, une nouvelle annoncée à Londres le 8 octobre dernier.

Une référence mondiale

Le Learning and Performance Institute (LPI) est l’organisme de référence au Royaume-Uni dédié à la promotion de l’apprentissage professionnel. Au dernier trimestre de l’année, il publie le “Top 15 Learning Technologies”, une liste regroupant les 15 éditeurs de technologies d’apprentissage ayant obtenu les meilleurs résultats dans leur processus d’accréditation au cours de l’année. Pour les entreprises sélectionnées, une place dans cette liste signifie qu’elles ont été distinguées par des centaines de fournisseurs d’apprentissage organisationnel du monde entier pour avoir affiché des performances exceptionnelles au-delà de celles de la concurrence dans des domaines tels que la proposition de valeur client, l’offre technologique, capacités de conseil, gestion de la qualité, feuille de route du produit et développement des personnes. Pour les clients potentiels et existants, voir une entreprise dans ce Top 15 est la garantie qu’ils traitent avec un partenaire commercial de confiance ayant fait ses preuves en matière d’offre de services et d’expérience utilisateur. Ce que les clients recherchent parmi ces acteurs : la capacité d’innovation, l’engagement en recherche et développement, la volonté de contester les paradigmes existants et la contribution à l’enrichissement du nouvel apprentissage organisationnel.

Un point de rassemblement au Royaume-Uni…

La confirmation que Teach on Mars reste dans la liste du Top 15 du LPI en 2019 intervient après une période de développement mouvementée au cours de laquelle la fusée rouge et blanche a consolidé sa place en tant que véritable acteur dans le très concurrentiel marché britannique de la EdTech. Plus tôt dans l’année, Teach on Mars a remporté le prestigieux Bronze Award dans la catégorie «Digital Transformation» des LPI Learning Awards. Ce prix, remporté en collaboration avec Acqua di Parma du groupe LVMH pour son travail sur le projet d’application YellowYou, a permis à Teach on Mars de se démarquer de la concurrence. Ce n’est pas tout, Teach on Mars est de nouveau finaliste pour l’édition 2020, cette fois dans la catégorie «Learning Technologies», en association avec Parfums Christian Dior (du groupe LVMH). Les résultats seront annoncés en février 2020 ; d’ici-là, on croise les doigts pour voir les martiens sur le podium.

… et beaucoup plus à venir

Octobre 2019 a également vu la sortie de Callisto, la dernière version de Teach sur Mars et probablement la plus importante de l’histoire de la société. Cette nouvelle version de la solution mobile place les individus et leurs relations personnelles et humaines au cœur même de l’écosystème d’apprentissage. Pour la toute première fois, des fonctionnalités sociales sont intégrées à l’application, et un tableau de bord révolutionnaire dans l’application mobile Manager fait également ses débuts. De plus, Callisto voit Teach on Mars prendre la tête du développement clé de l’apprentissage basé sur les données, avec des algorithmes d’intelligence artificielle et la connexion à des outils d’informatique décisionnelle innovant en termes de pertinence, de personnalisation et d’impact commercial.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la version de Callisto, n’hésitez pas à nous contacter par mail à l’adresse contact@teachonmars.com.

Téléchargez le livre électronique LPI Top 15 des fournisseurs de technologies d’apprentissage les plus performants ici.

Teach on Mars redéfinit le parcours d’apprentissage mobile au Learning Live 2019

Teach on Mars redéfinit le parcours d’apprentissage mobile au Learning Live 2019

Au début du mois de septembre, l’équipe internationale de Teach on Mars a repris la route après la pause estivale et a fait son retour à Londres pour une deuxième participation à l’événement annuel Learning Live.

Organisé par le Learning & Performance Institute (LPI), le Learning Live rassemble plus de 500 leaders de la formation et près de 40 des plus importants fournisseurs de solutions d’apprentissage du monde entier dans le but de partager leurs idées et expériences sur la manière dont ils affrontent les plus grands défis de la formation en entreprise.

L’édition 2019 était dominée par les thèmes jumelés «Comment construire une culture de l’apprentissage» et «La transformation numérique de l’apprentissage». Ces deux éléments sont la clé du parcours d’apprentissage mobile chez Teach on Mars. L’entreprise est fière de l’agilité et de la créativité avec lesquelles elle accompagne chaque client et chaque apprenant tout au long de ce parcours.

Parce que les images parlent toujours plus que les mots et qu’un public qui participe est infiniment plus engagé qu’un public passif, Teach on Mars a décidé d’utiliser sa session d’atelier pour démontrer combien non menaçant et combienhumain ce voyage d’apprentissage mobile peut être.

Pour ce faire, l’équipe a eu le privilège d’être rejointe par Daniel Muccio de Parfums Christian Dior. Daniel a partagé son expérience sur la façon dont l’application mobile MyDior créée en partenariat avec Teach on Mars inspire l’émergence d’une toute nouvelle culture d’apprentissage à travers la filiale britannique et irlandaise de la marque. Passionné et pragmatique, Daniel a dissipé nombre d’idées fausses sur l’apprentissage mobile dès la sortie de l’eau. Il a mené l’audience à comprendre que l’apprentissage mobile n’est pas réservé aux natifs du numérique (la moyenne d’âge des 800 apprenants de sa population britannique de Dior a bien plus de 40 ans) et que tout obstacle technique peut être surmonté avec un peu d’ingéniosité.

Daniel a également insisté sur le fait que si la technologie et le contenu d’apprentissage sont importants, ils le sont moins à son avis que le « contact humain » et la connexion individuelle. Ces aspects sont aujourd’hui possibles grâce à une solution d’apprentissage mobile bien conçue et efficacement déployée au sein d’une organisation. Il y aura évidemment de la résistance, a-t-il souligné, et tout le monde n’adoptera pas la solution au même rythme ou avec le même appétit. Mais avec patience, persévérance et empathie, chaque apprenant peut être motivé à découvrir par lui-même les avantages de développer une habitude d’apprentissage mobile.

Pour donner au public de l’atelier un avant-goût de ce dont Daniel parlait, l’équipe de Teach on Mars composée de Marielle Baudet et Adam Charlesworth a conçu une expérience totalement immersive qui reconstitue de bout en bout le parcours d’apprentissage mobile du point de vue de l’apprenant. Tout cela sans PowerPoint ni introduction ennuyeuse et en seulement 45 minutes, les participants ont été en mesure de:

  • télécharger l’application Teach on Mars sur leurs propres appareils à l’aide de codes QR spécialement créés, puis créer et personnaliser leur compte apprenant;
  • accéder au contenu interactif sur mobile utilisé pour illustrer la présentation de Daniel;
  • participer à un défi en direct basé sur un quiz qui recrée l’expérience apprenante que Daniel propose à ses propres populations d’apprenants de Dior UK.

Si l’engagement du public est quelque chose qui vous attend – tout le monde voulait «encore une fois» au quiz, même si le déjeuner les attendait après la session – c’était une illustration très efficace de tout l’impact que l’apprentissage mobile pouvait avoir sur la culture d’apprentissage.

Teach on Mars aimerait remercier les Parfums Christian Dior (Royaume-Uni et Irlande) et tout particulièrement Daniel Muccio pour tout leur collaboration et leur aide – et espère tous vous retrouver à Learning Live 2020!